Château de Chenonceau : risque de marée noire sur le Cher

Publié le 12/04/2019 à 20:30 | LePoint.fr

https://www.lepoint.fr/societe/chateau-de-chenonceau-risque-de-maree-noire-sur-le-cher-12-04-2019-2307400_23.php?fbclid=IwAR1GNswLX8NCBL0FaQ0O9rJ4K2aUh13iOLe6F74JaJJQBPH22FfSvvdlOtk

La sécheresse pose de sérieux problèmes sur le Cher et pourrait même mettre en danger les fondations du célèbre château, explique France 3.

Par LePoint.frPublié le 12/04/2019 à 20:30 | Le Point.fr 

Le tres faible niveau du Cher met en danger les fondations du chateau de Chenonceau.
Le très faible niveau du Cher met en danger les fondations du château de Chenonceau. © LEONARD DE SERRES / ONLY FRANCE

Patrimoine en danger ! À Chenonceau, l’emblématique château qui surplombe le Cher est en difficulté à cause de… la sécheresse. Le niveau déjà très bas de la rivière a ainsi provoqué l’ensablement d’un bateau touristique. Mais ce sont aussi les fondations du château lui-même qui inquiètent désormais les spécialistes, relève France 3 Centre-Val de Loire.

L’hiver a été beaucoup trop doux sur la région Centre avec une pluviométrie très faible durant les derniers mois. Résultat, le niveau du Cher est digne de celui du mois de juillet. Chaque jour, la rivière baisse d’un à deux centimètres. Premier touché, la Bélandre. Un bateau-restaurant qui offre normalement aux touristes une mini-croisière pour découvrir Chenonceau depuis l’eau. Depuis plusieurs jours, il est ensablé. Une fissure aurait été constatée et Laurent Deprick, son propriétaire, craint le pire. « Ce que l’on craint, c’est que si le niveau de l’eau continue de baisser, comme le bateau est assis sur l’arrière sur une grosse butte de sable, il va continuer de se tordre et il risque de se casser en deux. » À l’intérieur ? 2 000 litres de fioul qui pourraient finir dans la rivière.

Lire aussi Visites interdites : le château de Chenonceau comme vous ne le verrez jamais

Chenonceau face à la sécheresse

Pourtant, il ne s’agit pas de la principale menace qui pèse sur le château, dont la construction a commencé en 1513, sous le règne de Louis XII. Enjambant le Cher, ses fondations sont sur des pilotis qui nécessitent un niveau d’eau suffisant. Sur le papier, la solution semble simple. Relever les barrages et permettre ainsi de faire remonter le niveau d’eau. Mais une directive européenne le permet seulement à partir de fin mai pour laisser passer les poissons migrateurs.

Lire aussi Journées du patrimoine 2018 : nos dix plus belles visites

Une demande spéciale a donc été déposée, explique Vincent Louault, président du NEC, nouvel espace du Cher à France 3. « On a déjà fait une demande pour relever le barrage pour la situation d’urgence, on va sortir le bateau de sa mauvaise passe. Et pour le château, on leur a demandé qu’ils nous fassent un rapport d’expertise pour pouvoir justifier auprès de l’État une remontée plus tôt du barrage à aiguille. » Si c’est la solution retenue, il s’agira d’une solution ponctuelle insiste les représentants de l’État.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *