Agriculteur et élu en Indre-Et-Loir, mes engagements professionnels, politiques et citoyens se portent en priorité sur le terrain de l’agriculture et de la ruralité. Depuis longtemps j’interroge, j’alerte, et parfois vilipende, les politiques nationales et européennes qui me semblent parfois méconnaitre les réalités de terrain. Très présent sur les réseaux sociaux pour interpeller les différents acteurs à quelque niveau de responsabilité que ce soit, je suis occasionnellement  invité par les rédactions d’informations ou des plateaux télé. 

Aujourd’hui, les analyses du type « y’a qu’à – faut qu’on» qui se prolongent en « agriculture-bashing » sont un nouveau champ de bataille.  Faire évoluer encore les modèles et les pratiques agricoles vers plus de considération environnementales est un impératif indiscutable. Mais les changements envisagés doivent se faire en respectant le travail, la technicité, la temporalité et les valeurs des agriculteurs qui n’en sont pas moins dotés que tout un chacun. 

Nombre de problèmes s’avèrent extraordinairement complexes dès qu’ils sont abordés sérieusement. Celui de notre alimentation, avec ses dimensions scientifique, sanitaire, économique, historique, sociétale et patrimoniale est de ceux-là. Toutes les approches expéditives et réductrices ne créent que du « bruit » et ne participent qu’à exacerber les oppositions ente citoyens en nous éloignant collectivement de la mise en oeuvre de solutions efficaces et durables. 

Le consensus « mou » n’est pas le but recherché. Mon approche est pragmatique, éclairée par un métier que j’exerce depuis de longues années et que j’ai vu se transformer. Mes mandats de Maire de Cigogné, de Vice-Président de la communauté de communes de Bléré-Val-de-Cher et de Conseiller Départemental ont encore développé chez moi la recherche d’efficacité et de résultats tangibles.  

Récemment, je crois avoir illustré cette posture en testant le modèle de « fermes d’avenir », sur la question des procédures d’apurement des aides européennes, les systèmes de gouvernance en place dans les grands groupes coopératifs ou sur la gestion du débit du Cher au passage du Château de Chenonceau. 

Un agriculteur

  • 44 ans, marié, 1 enfant
  • sis Les TABARDIERES, 37310 CIGOGNE
  • 1990. Reprise de l’exploitation familiale, évolution de 120 ha à 450 ha en 1994, élevage bovin viande et céréales
  • 1990. BTS production animale au Lycée Agricole de Fondettes

Un élu

  • 2018 . Président du NEC (GEMAPI, Gestion du Cher sur 150 km en amont et aval de Chenonceau)
  • 2015. Président de l’ADAC et du CAUE d’Indre-et-Loire (ingénierie d’aide aux Collectivités)
  • 2015. Conseiller Départemental du canton de Bléré
  • 2014. Vice-Président de la Communauté de Communes de Bléré val de Loire
  • 2014. Maire de Cigogné (400 hab., Indre-et-Loire)

Des expertises

  • Evolution du modèle agricole :  agriculture de conservation ; permaculture ; bio ; ferme d’avenir…
  • Environnement et gestion de la biodiversité : Natura 2000 ; Gestion des milieux aquatiques ; gestion de l’eau
  • L’alimentation au coeur de toutes les batailles : industriels ; distributeurs ; producteurs
  • Artificialisation des terres agricoles : gestion du foncier agricole ; SAFER
  • Les administrations françaises et européennes face à la gestion d’une agriculture en mutation

Quelques uns de mes engagements

  • 2019. Dérogation pour maintenir le niveau du Cher sous le château de Chenonceau
  • 2018. Mobilisation sur le sujet de la gouvernance des coopératives (des dangers et des avantages de l’internationalisation des grands groupes coopératifs)
  • 2017. Mise en place pour le Département d’Indre-et-Loire de nouvelles règles d’attribution du RSA aux agriculteurs
  • 2017. Mobilisation pour l’évolution des SAFER (Administrateur SAFER Centre)
  • 2017. Mobilisation pour l’évolution nécessaire de la compétence GEMAPI
  • 2017. Engagement dans le réseau « fermes d’avenir »
  • 2016. Intervention pour l’élection du premier Président non professionnel au sein d’une SAFER régionale (Pascal BIOULAC, SAFER Centre, VP CD41).
  • 2016. Fusion ADAC et CAUE d’Indre-et-Loire
  • 2016. Négociation sur le numérique pour désengager le département d’Indre-et-Loire d’une alliance avec le Cher et contractualiser avec le Loir-et-Cher.
  • 2016. Négociation du SAGE « Cher aval » avec la DDT, la DREAL Centre-Val De Loire, les associations pro et anti environnement pour la navigation aux abords du château de Chenonceau (dossier bloqué depuis 5 ans). 
  • 2012. Action contre la régionalisation du FEADER auprès du MAAF et de l’APCA.
  • 2009. Interpellation de la DGPAAT sur le risque de procédure d’apurement sur le 1er pilier de la PAC.
  • 2002. Vice-Président d’un GDA de 150 agriculteurs. En 2006, négociation avec le MAAF pour la création d’une MAE-T spécifique